Réussir dans la musique est subjectif. Chacun d’entre nous aura sûrement sa propre définition et un niveau d’attente différent.

Néanmoins, il existe un consensus ; on se doit de générer des revenus suffisants pour continuer de faire ce que l’on aime, dans la durée !

Alors, est-il réellement possible pour un artiste de vivre du streaming ?

Nous avons à présent, suffisamment de recul pour savoir qu’il faut en moyenne près d’un million de stream mensuel (cela peut varier en fonction de la plateforme et de la provenance des streams) pour qu’un artiste génère entre 1500$ et 3500$ par mois.

Selon l’IPO (Intellectual Property Office), organisme britannique, qui à publié un rapport précis intitulé "Music Creators' Earnings in the Digital Era", le nombre d'artistes anglais, atteignant un million de streams en octobre 2020, était de 1 723... Soit 0,41 % de tous les artistes du pays.

Bien évidemment, pour la plupart, ce montant de redevances, devra être partagé avec divers ayant droit (auteurs, arrangeurs, compositeurs etc) et avec un label si l’artiste est signé.

Et on peut déjà avancer qu’une grande partie des artistes issus de ces 0,4 %, sont probablement signés.

Il faut donc garder à l’esprit que :

  • La plupart de ces streams concernent des sorties de fonds de catalogue*, ce qui exclut une grande partie des artistes émergents.
  • Ces artistes disposent probablement des ressources de grands labels, qui leur permet d'atteindre ces chiffres en étant présents sur de grosses playlists.
  • Et que le nombre d'artistes indépendants, non signés et/ou émergents qui atteignent ce seuil de streaming se situe probablement autour de quelques centaines d’artistes seulement.

*D’après le MRC DATA, 65 % à 75 % des streams proviennent de fond de catalogue et non de musiques récentes. (chansons datant de plus de 18 mois.)

Des chiffres pourtant encourageants

l'IPO s'est alors associé à l'Official Charts Company (OCC) pour recueillir des données sur une période allant de 2014 à 2020 et sur tous les services qui opèrent légalement au Royaume-Uni.

Si l'on regarde le tableau ci-dessous, 351 artistes ont généré un million de streams ou plus, sur un mois, en 2015, soit à peu près 0,1 % de l'ensemble des artistes de cette même année (250 556 artistes).

En comparaison, 1 723 artistes ont généré plus d'un million de streams en octobre 2020, soit 0,4 % de l'ensemble des artistes de cette même année (424 073 artistes).

Au cours des cinq dernières années, le nombre d'artistes capables de générer un million de stream a donc augmenté de 5 fois (351 contre 1 723).

Et selon le rapport de Spotify pour le premier trimestre 2021 :

  • le nombre d'artistes sur leur plateforme générant plus de 50 000 $/an a augmenté de 80 % depuis 2017
  • le nombre d'artistes gagnant plus de 100 000 $/an a augmenté de 85 %
  • les groupes gagnant plus de 1M $/an ont augmenté de 90 %.

Mais cette croissance ne dit pas tout

Oui, la part des artistes capables de générer un million de streams par mois au Royaume-Uni a quadruplé, mais nous ne parlons toujours que de 0,4 % des artistes capables de franchir cette étape.

La balance est donc toujours aussi disproportionnée par rapport aux artistes qui n’y arrivent pas et qui représentent la majorité écrasante.

Le game s’est durci

En effet, le nombre d’écoutes dont un artiste a besoin aujourd’hui pour gagner sa vie est bien plus élevé qu'il y a cinq ans.

Ce n'est pas seulement lié à la concurrence croissante sur le marché qui fait qu'il est plus difficile pour les artistes de se faire entendre, c’est aussi que la part globale du streaming n'augmente pas aussi vite que le nombre d'artistes qui sortent des titres.

Spotify poursuit effectivement sa croissance, mais avec des offres marketing qui génèrent de moins en moins de valeur. (plans familles ou étudiants)

Le revenu moyen par utilisateur de Spotify a diminué de près de 40 % entre 2015 et 2020, comme le rapporte Billboard cette année.

Le rapport de l'IPO confirme ce chiffre en expliquant que le taux de redevance moyen, par écoute, dans le pays, a diminué de 50 % entre 2012 et 2020.

En d'autres termes, un artiste doit générer deux fois plus d’écoutes aujourd'hui qu'en 2012 pour gagner la même somme d'argent.

Les solutions ?

Face à ce constat et face aux nombreux mouvements de contestations, plusieurs solutions ont vu le jour, d'abord chez Spotify, en interne, et surtout, en dehors de ses frontières.

Cet article est réservé aux membres premium

Cet article est réservé aux membres premium. Tu peux mettre à niveau ton compte et accéder à la publication ausssitôt.

Devenir membre Vous avez déjà un compte ? Se connecter